Construction du centre aquatique de Limoges

LIMOGES - Limousin (87)

Construction du centre aquatique de Limoges

Description

Le centre aquatique de Limoges comprend notamment un bassin sportif olympique, un bassin d’échauffement de 25 mètres et un bassin « fun-relax » de 550 m2.  En complément de 750 places dans les gradins, un mur amovible de permet de bénéficier d’un espace complémentaire de 400 m2 pour les grandes compétitions. Cet équipement d’exception abrite également une immense lagune de jeux destinée aux plus jeunes avec pentagliss, un espace forme et bien-être, avec hammam, saunas, bassins balnéo… et un tepidarium inspiré des thermes de l’antique Limoges. Un espace restauration vient compléter cette offre de service unique en France.

Le riche passé de Limoges nous a conduits à plonger aux racines de son histoire. La ville fondée à l’époque gallo-romaine a été construite de toute pièce sur un plateau dominant la rivière, au carrefour des grandes voies reliant les cités gauloises. Ses thermes étaient à l’époque parmi les plus somptueuses et imposantes de l’Empire. Nous nous sommes inspirés de ce passionnant épisode fondateur pour le transposer sur le site choisi pour le centre aquatique, en bordure de l’autoroute. Nous avons pris le parti de tourner le dos à cette source de bruit et d’agitation  – comme les Romains se protégeaient des flots parfois menaçants de la Vienne – tout en instaurant un dialogue avec ce flux à grande vitesse.  L’architecture offre aux automobilistes une façade très fluide, tout en souplesse, à forte horizontalité, qui impose sa carapace au loin.

Du côté de la façade principale, le centre aquatique est empreint d’une certaine monumentalité qui s’exprime notamment au travers d’un vaste et spectaculaire volume, couronné d’une imposante charpente de 12 mètres de hauteur, aux formes géométriques souples et évocatrices. Le dénivelé naturel du terrain nous a conduits à imaginer une passerelle pour assurer la liaison entre l’aire de stationnement et l’espace d’accueil placé à l’étage, invitant l’usager à changer d’état d’esprit et d’élément. Une manière de marcher sur l’eau avant de plonger… Les nageurs sont attirés par cet audacieux édifice concave, aux larges bras ouverts. La puissance de cette invitation est amplifiée par la transparence de la façade et les multiples d’espaces qui s’articulent dans la profondeur : l’entrée, les deux bassins du hall sportif, les baies vitrées ouvrant sur un balcon en surplomb formant un belvédère sur tout le paysage de Limoges, dans l’axe hautement symbolique du clocher de l’église de Saint-Michel-des-Lions, couronné d’une boule de cuivre ouvragée

Démarche environnementale

Alors que la piscine est par définition un des équipements publics les plus énergivores pour une collectivité, le centre aquatique de Limoges Métropole s’appuie sur des technologies de pointe qui lui permettent d’alléger significativement sa facture en eau et en énergie. Il est par ailleurs raccordé au réseau de chaleur de la Ville, alimenté à 99 % par la Centrale Energie Déchets Limoges Métropole, située à Faugeras. C’est relativement rare pour un tel équipement.

 

L’intégration d’une pompe à chaleur à absorption pour la déshumidification du hall bassin, et le rafraichissement de certaines zones, peut permettre d’assurer à elle-seule le maintien en température de l’eau des bassins, et l’alimentation des planchers chauffants. L’intérêt de ce type de déshumidification est aussi de limiter les entrées d’air froid en maîtrisant l’humidité dans le hall des bassins tout en réduisant le recours à l’utilisation d’air neuf.

 

 

(Hypothèse : fréquentation 500 000 personnes/an)

 

 

La consommation d’eau pour le lavage de filtres dans les centres aquatiques traditionnels correspond à plusieurs milliers de m3 par an. En utilisant la technique de l’ultrafiltration, environ 85 % de ce volume peut être économisé par le recyclage en boucle de l’eau de lavage de filtre.

 

 

(Hypothèse : coût = 5€/m3 d’eau traitée et chauffée)

 

 

L’ozone a un pouvoir oxydant qui permet la destruction de l’ensemble des polluants présents dans l’eau (virus, bactéries, matières organiques, etc…). Il est jusqu’à 10 fois plus puissant que le chlore. L’intégration d’un traitement à l’ozone d‘une partie des eaux de recirculation réduit significativement les effets néfastes du chlore : odeurs, irritation des muqueuses. Il détruit les chloramines, et une partie des polluants, permettant ainsi la réduction d’apport d’eau de 25% par rapport à une solution sans traitement à l’ozone. Le traitement à l’ozone permet d’utiliser le chlore, uniquement pour obtenir un résiduel minimum réglementaire qui rendra l’eau désinfectante.

 

 

 

Infos

Maître d’ouvrage
Communauté d’Agglomération de Limoges Métropole

Maîtres d’œuvre

Statut
Ouvert en janvier 2015

Coût travaux HT
35,2 M €

Missions
BASE + EXE

Surface
12 663 m²

Menu