L’Atelier Périnet-Marquet et Associés (AP-MA Architecture) annonce la reprise de l’activité d’Octant Architecture.

Effective le 30 septembre 2020. Le projet assure le maintien de l’ensemble des emplois ainsi que la continuité de tous les projets portés par Octant Architecture.

Redirection vers le site de AP-MA

Construction du complexe aquatique L’O d’Obernai

OBERNAI - Alsace (67)

Construction du complexe aquatique l'O d'Obernai

Description

Intérieur : Bassins sportifs, d’initiation, d’activités, loisirs, Salle de musculation et cardio, Saunas, Hammams, Spas, Salle détente thématisée, Salle de massage, Restaurant

Extérieur : Bassin ludique, Pentagliss, Terrain de beach volley, Espace zen et soins du corps, Solarium végétal

Ce projet revendique un parti pris architectural marqué par une grande souplesse, dictée par la vocation « aquatique » de l’établissement. Ainsi sa silhouette générale est à la fois forte et identifiable. Elle évite tout monumentalisme. La réponse architecturale apportée à ce Centre aquatique, d’ampleur importante, explore le thème de l’horizontalité. Deux façades contrastées développent ce choix fort :
– l’une, répond aux fonctions d’accueil et s’ouvre largement sur le complexe sportif qui lui fait face ;
– l’autre, abrite dans sa forme concave les baigneurs qui profitent des activités proposées.
Au centre, le Hall d’accueil apparaît clairement : il est entièrement vitré. Il est également habillé d’un auvent soutenu par un portique en bois dont le dessin poétique forme un signal évoquant la façade sur jardin. La façade Sud-Ouest exprime l’ouverture sur le paysage par l’emploi de larges vitrages, mais également la protection de l’effet de serre par une souple modénature en bois tressé s’affinant et se densifiant en partie haute, faisant office de brise-soleil.

Démarche environnementale

Particularités techniques : Architecture bioclimatique, Panneaux photovoltaiques, Traitement thermodynamique de l’air

– Isolation par l’extérieur et châssis à rupture de pont thermique : économie d’énergie.
– Eloignement des locaux techniques bruyants vis-à-vis des zones de travail du personnel et mise en œuvre de parements de correction acoustique (revêtements muraux, capteurs acoustiques, faux-plafonds, intégration d’aménagements de décoration végétale d’absorption >0.5.): confort acoustique et sécurité (intelligibilité des consignes de sécurité).
– Utilisation de chaudières gaz à foyer pressurisé, à triple parcours de fumées, équipées de brûleurs modulant et de récupérateurs d’énergie à condensation sur les fumées produisant la chaleur nécessaire au fonctionnement du complexe.
– Eau des bassins chauffée par échangeurs à plaques positionnés en dérivation sur les circuits de filtration d’eau des bassins. La séparation de ces derniers permet l’obtention de niveaux de température différents dans chaque bassin.
– Production d’eau chaude sanitaire de type instantané et assurée par un échangeur à plaques raccordé à la production de chaleur et un ballon de lissage.
– Contre lavage des filtres prévu par injection d’air comprimé : économie d’eau.
– Utilisation de chlore gazeux : sécurité totale en cas de défaut d’étanchéité, voire rupture de canalisation entre le local chlore et le local filtration.
– Elimination des chloramines par lampes UV : permet de diminuer les renouvellements d’eau journaliers jusqu’à 50%.
– Implantation du bâtiment visant à valoriser les orientations sud et ouest pour récupérer les apports solaires passifs en hiver (tout en limitant les surchauffes d’été grâce à un large débord de toiture), faciliter l’accès au site, limiter les risques liés à l’inondabilité du sol, favoriser la pérennité de l’ouvrage et limiter les risques de pollutions : relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement immédiat.
– Réduction des besoins de chauffage et de refroidissement grâce à une conception privilégiant l’inertie thermique.
– Centrales de traitement d’air double flux à débit d’air neuf variable avec récupération de chaleur (65 % aux conditions nominales) et équipées de modulateurs à deux vitesses (débit réduit pour les périodes d’inoccupation) : limiter les besoins thermiques liés au renouvellement d’air.
– Modulation de l’éclairage artificiel en fonction de l’éclairage naturel.
– Mise en place d’une centrale de supervision (GTC) permettant la gestion centralisée de l’ensemble des installations de chauffage, d’électricité, de traitement d’air et de traitement d’eau : optimisation des consommations en fonction des besoins réels.

Infos

Maître d’ouvrage
Communauté de Communes du Pays de Sainte Odile

Maîtres d’oeuvre

Etat
Réalisé – ouverture septembre 2009

Mission
BASE + EXE + OPC

Surface
5 187 m²

Montant des travaux
13,6 M€ HT

Menu