Centre aquatique L’Hippocampe – Granville (50)

GRANVILLE – Basse-Normandie (50)

Construction du centre aquatique de Granville (50)

Description

Conception d’un équipement aquatique couvert comprenant notamment un bassin sportif en inox de 8 lignes avec un fond mobile pour en modifier la profondeur, un bassin d’apprentissage destiné notamment aux scolaires et aux activités d’aquagym, et un bassin de détente avec jets, bulles, tourbillons et toboggan. Un espace balnéo-détente – qui inclut un bassin massant, saunas, hammams et frigidarium –  vient compléter l’offre de cette piscine nouvelle génération, à vocation résolument sportive, ludique et de bien-être

Parti architectural 

A la base, 3 façades simples et linéaires forment un écrin statique et solide. Sur ce socle, se juche un volume à plusieurs facettes formant une silhouette dynamique aux arrêtes saillantes : la lumière du soleil est captée créant des reliefs subtils. Le volume de l’espace balnéo-détente et sa grande terrasse extérieure est positionné à l’étage profitant d’une vue imprenable sur la mer de Granville que l’on distingue nettement grâce à l’altitude.

A la fois repérable et intégrée dans le paysage, la volumétrie de l’édifice fonctionne avec cohérence quel que soit le point de vue de l’observateur. La richesse de composition de la façade Sud signe l’identité architecturale de ce futur entre aquatique habillé de panneaux en fibre naturelle de couleur claire dont la teinte s’inspire des édifices de la haute-ville de Granville.

 

Démarche environnementale

Démarche HQE®

> Relation des bâtiments avec leur environnement immédiat : « très performante ». De par son orientation/implantation et son architecture, le bâtiment répond aux principaux critères d’une conception bioclimatique : apports solaires thermiques en hiver, lumière et ventilation naturelles. L’intégration paysagère fera par ailleurs l’objet d’un soin tout particulier.

> Gestion de l’énergie : « très performante ».

La production de chaleur de base se fera à partir d’une chaudière gaz du fait des contraintes du site. Toutefois, la mise en place d’une moquette solaire associée à une pompe à chaleur permettra de couvrir jusqu’à deux fois les besoins annuels d’eau chaude sanitaire. Le surplus d’énergie sera utilisé pour le préchauffage de l’eau des bassins. L’utilisation de pompes de recirculation à vitesse variable, d’éclairage à LED et autres dispositifs économes permettra de limiter les consommations électriques.

=> La surface de moquette solaire assurera à elle-seule 40% des besoins annuels de chauffage de l’eau chaude sanitaire.

> Gestion et qualité sanitaire de l’eau : « très performants »

–     Eau des bassins : choix de la filtration sur verre activé et du traitement à l’ozone pour limiter l’utilisation du chlore au strict minimum. Ces deux techniques couplées garantissent une  qualité sanitaire incomparable.

–     Eau de lavage des filtres et des pédiluves : récupération par ultrafiltration.

–     Eau sanitaire : réducteurs de pression, récupération des eaux grises…

–     Eau de pluie : récupération par le stockage des eaux de toiture.

=> L’ultrafiltration permettra d’économiser chaque année environ 10 000 m3 d’eau, soit un gain financier de 55 000  par an

> Qualité sanitaire de l’air : « très performante »

> Confort hygrothermique et acoustique : « très performants »

Infos

Maître d’œuvre  

Etat
Concours notifié en janvier 2014  – livraison: Avril 2018

 Surface utile
4561 m2 

 Montant des travaux :
14 M€ HT

Menu